Vous êtes ici : Accueil Hommage Yvon LABARRE

Yvon LABARRE

yvon labarreQuand Yvon Labarre nous a quittés, au début du mois de mai 2008, il n'avait pas perdu l'espoir de se remettre à peindre.

Il avait dû interrompre brutalement son activité après le vernissage de son exposition de Cordemais en novembre 2006 pour subir une chimiothérapie.

Toujours fidèle à sa Basse-Loire natale ( la Loire a été le grand amour de sa vie et une source de méditation ainsi qu'un puissant symbole) il a exposé en tant qu'artiste professionnel à partir de 1978 : à Rennes, en Bretagne et dans tout le Grand Ouest , à Paris, Amiens, Tarbes, Nancy, Strasbourg, Nice, mais aussi en Tunisie, aux Pays-Bas, en Suède, en Finlande, en Suisse, aux Etats-Unis, en Chine et en Allemagne(Heidelberg, Sarrebruck, Haigerloch, et surtout à la galerie Sievi de Berlin).

Dessinateur au regard fulgurant capable de saisir en une fraction de seconde la structure et les détails essentiels d'un paysage, il détestait peindre sur commande, là où son cœur n'était pas.y labarre_2

C'est ce qui rend ses rares peintures de voyage si précieuses.

Sa formation l'a mis en contact avec les maîtres anciens et modernes, et il a été fasciné par la technique des peintres gestuels et tactilistes. Son esprit très ouvert s'intéressait au travail de toutes les écoles, mais il avait en lui un côté provocateur qui ne le rendait pas tendre à l'égard de qui manquait de sincérité.

C'est pour cela qu'il a choisi d'être figuratif, mais avec une technique et un sens de la composition très libre. Ses œuvres de 1978 et 1979 sont nourries par un travail sur le motif qui reflète parfois son esprit malicieux.

Par la suite, grâce à son excellente mémoire visuelle, il a sans cesse recomposé le réel. Ses paysages se caractérisent souvent par des horizons multiples intégrés à une composition qui donne l'illusion de la réalité ; mais chacune de ses toiles, parfaitement cohérente, attire notre regard vers une foule de mondes différents et nous invite à une exploration des profondeurs des espaces cachés et de l'infini.

Yvon Labarre, dans le détail, se présente plutôt comme un gestuel que comme un hyperréaliste. Dans l'usage des teintes, il est plus valoriste que coloriste, mais extrêmement sensible à l'aspect « lyrique » des couleurs.y labarre_1

C'est un magicien des contrastes et de la nuance, mais aussi de l'espace, qu'il rend au moyen d'écrans et de mires (tels ses pieux qui constituent sa signature secrète). Peintre des grandes étendues, il est aussi épris de constructions humaines. La solidité de la pierre s'oppose à l'instabilité des éléments ou s'allie à elle. Ici, c'est une fenêtre réduite à un trait qui observe le peintre, là, il y en a des milliers, ailleurs, un chemin conduit vers une porte hospitalière. De frêles barques ou des bateaux de pêche regardent vers le port, le fleuve ou la mer. Parfois, c'est la fête.

Et il existe des moments bénis où l'homme se trouve en parfaite harmonie avec la nature, la terre, l'eau et le ciel.

Jean Voisin

 

 

 

 

Vous êtes ici : Accueil Hommage Yvon LABARRE